La TdC et le cadre logique

Alors, quelle est la relation entre la théorie du changement et les approches du cadre logique? ToC remplace-t-il simplement le cadre logique?

Pour certaines organisations, c'est le cas: elles utilisent la TdC au lieu du cadre logique pour gérer leurs projets et leurs programmes. Ils utilisent le diagramme TdC à la place de la colonne du logique du projet parce que la structure de cause à effet linéaire est trop contraignante. Elles le combinent avec un système de PME avec des indicateurs et elles font  le suivi des hypothèses.

Une des raisons pour remplacer le cadre logique par la TdC est de pouvoir se libérer des procédures des bailleurs par rapport à l'utilisation du cadre logique. Comme le cadre logique est souvent devenu une partie obligatoire du contrat avec le bailleur, il a perdu sa flexibilité. L'utilisation du cadre logique n'est pas quelque chose que ces organisations font pour gérer leurs projets et leur impact, mais pour gérer le financement de leurs bailleurs (ce qui n'est pas la même chose). C'est devenu une obligation administrative, un exercice de cases à cocher.

Mais à l'origine, le cadre logique était flexible. À chaque étape de son développement (l'ACL, la GCP et la GAR), une plus grande importance a été accordée à la vraie flexibilité, à la vraie participation, au véritable apprentissage par le suivi-évaluation, etc. On craint donc que la théorie du changement deviendra également victime de cette évolution et qu’elle devienne un «cadre logique sur stéroïdes» - un simple exercice administratif supplémentaire.

Le potentiel et l’avantage réels promis par la théorie du changement survient lorsqu’il est utilisé à un niveau stratégique, en combinaison avec des approches de cadre logique pour gérer les interventions. Ceci offre deux avantages principaux. D'un côté, la théorie du changement permet à une organisation de voir au-delà de sa portée habituelle (spécialisation, ressources disponibles, emplacement géographique). Elle considère à juste titre que le changement dans une société est quelque chose qui ne peut être réalisé de manière réaliste par un seul acteur - même s'il a des moyens financiers importants. Elle démontre la complexité et les nombreuses dimensions du changement à ce niveau. Elle clarifie l’histoire générale de ce changement et les grandes étapes à franchir.

En revanche, les approches cadres logiques restent très utiles pour traduire ces grandes idées (résultats) en étapes pratiques, résultats intermédiaires et tout ce qui est nécessaire pour gérer un projet. Il vous aide à formuler un projet de manière participative et à organiser la gestion quotidienne d'une intervention. Autrement dit, si vous l'utilisez réellement pour gérer le projet et non seulement pour apaiser votre bailleur.

Ainsi la théorie du changement peut les compléter et enrichir votre réflexion stratégique, plutôt que de remplacer les approches de cadre logique. L'avantage réel de cette combinaison de TdC et des cadres logiques est que la TdC vous permet d'aller au-delà du cadre de votre propre organisation et de vos propres interventions. Elle élargit votre vision et vous permet de montrer comment vos interventions contribueront à un mouvement de changement plus large, au lieu de prétendre que vous aller faire tout vous-même. Cependant, c’est précisément ce que font beaucoup de TdC, les rendant irréalistes et peu crédibles.

 

 

 

Add new comment

Filtered HTML

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img>
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées (spam).
1 + 11 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.